Home                                Suivant

Historique de la Ligne Dieppe-Newhaven

Lien historique avec l’Angleterre, la ligne maritime Dieppe-Newhaven a bien failli disparaître à la fin du XXème siècle.

Il n’en a pas toujours été ainsi. Au début du siècle dernier, Dieppe-Newhaven était l’une des plus importantes relations maritimes avec l’Angleterre. En 1903, Dieppe-Newhaven accueillait plus de 200 000 passagers !

Dieppe-Newhaven est la plus ancienne des liaisons transmanche. Guillaume de Normandie serait parti de Dieppe en 1067 pour son second voyage en Angleterre conquise l’année précédente.

De Brighton à Newhaven…

Au début du XIXème siècle, les bateaux partis de Dieppe mouillaient devant Brighton, les passagers devant débarquer à l’aide de canots et chaloupes à rames. Ce ne fut qu’en 1823 que l’on aménagea une jetée (Chain Pier, ancêtre du West Pier, aujourd’hui disparu) afin de faciliter le débarquement.

En 1824, la « General Steam Navigation Company » relie avec des bateaux à roues longs de 25 mètres (la largeur du Seven Sisters) l’Angleterre à Dieppe en neuf heures, deux fois par semaine

Quelques années plus tard, on utilisera un vrai port abrité : Newhaven, aménagé par les chemins de fer britanniques.

Le vrai démarrage de la ligne correspond à l’arrivée et au développement des chemins de fer.

Newhaven est le seul port en eau profonde entre Dover et Portsmouth permettant l’accès des navires quasiment à tout moment. Ce port appartient maintenant à Newhaven Ports and Properties Ltd, dont le Conseil départemental de la Seine Maritime est l’actionnaire principal, et subit des transformations constantes ; Newhaven vient d’être choisi comme base pour le projet de l’énorme ferme éolienne qui s’est implantée devant Brighton et Shoreham.

Brighton est relié à Londres en 1840, Newhaven en 1847 et de l’autre côté, Rouen est relié à Paris en 1843 et à Dieppe en 1848 par chemins de fer.

aParisLondres[1] - Copie

A l’aube du XXème siècle, le trajet Paris-Londres par Dieppe-Newhaven est considéré comme le plus rapide, le plus économique et le plus pittoresque.

La mise en service de nouveaux paquebots comme l’Arundel, luxueux, rapides, confortables et l’arrivée des nouvelles technologies comme l’hélice, les turbines, souvent expérimentées sur les navires de la ligne, en augmenteront sa renommée, tout en réduisant la durée de la traversée à trois heures et parfois moins.

Il exista un projet de train-ferry approuvé par les 2 compagnies de chemin de fer mais qui ne vit jamais le jour. La seule expérience de train-ferry fut celle de Dieppe-Southampton de 1917 à 1918 pour l’effort de guerre britannique.

L’arrivée des car-ferries en 1964 fit entrer la ligne dans l’époque moderne, permettant le transport sur un même navire, des passagers, des voitures et des poids lourds. Mais elle perdit peu à peu de son importance face au développement du détroit du Pas-de-Calais avec le tunnel sous la Manche.

https://www.youtube.com/watch?v=RvChZlFwBGI en 1964 avec le Falaise le premier ferry roll-on roll-off.

http://www.dailymotion.com/video/xntw2d_sncf-archive les années 70 avec les premiers ferries modernes les Villandry et Valençay.